La « Stratégie nationale de santé sexuelle » de Mars 2017

Quelques mois après sa parution le rapport du HCE est repris par le ministère de la santé dans son plan de « Stratégie nationale de santé sexuelle ».

Ce plan ministériel qui vise à éduquer les enfants à la sexualité pour les 13 prochaines années (2017- 2030) s’aligne aussi sur la « déclaration des droits sexuels ». Il stipule en effet que « pour atteindre et maintenir une bonne santé sexuelle, les Droits Humains et Droits sexuels de toutes les personnes doivent être respectés, protégés et réalisés» (p 7).
Il renvoie tout particulièrement à la recommandation N° 20 du HCE qui promeut l’utilisation de la plateforme pour les enseignants de l’éducation nationale du réseau Canopé pour la diffusion des outils d’« éducation à la sexualité » (page 11 du rapport du HCE). Or, sur le site Canopé , nous retrouvons la référence aux « Standards pour l’éducation sexuelle en Europe » dont il est fait la promotion et qui sont d’ailleurs téléchargeables sur le site même. Il est écrit au sujet des Standards que : « Le document répond à cette demande en proposant un cahier des charges pour une éducation à la sexualité, avec un cadre et des exigences de base. Il présente de façon très structurée les étapes du développement psycho-sexuel, et fournit une description, pour chaque tranche d’âge, des informations, compétences et attitudes à acquérir ».

Ainsi, par ricochets successifs et sans les nommer, le plan gouvernemental sur la santé sexuelle fait en réalité référence aussi aux « Standards pour l’éducation sexuelle en Europe ».

Dans son axe 1, ce plan planifie l’éducation à la sexualité des jeunes.
Dans son second volet, il est constitué d’une déconstruction des représentations des genres et des identités sexuelles dès le plus jeune âge, ce qui soulève aussi de nombreuses questions sur les conséquences psychologiques que cela induit. Ce modèle d’analyse des « genres » doit selon le ministère être valorisé et présenté aux enfants : « Le développement de leur esprit critique, notamment l’analyse des modèles et des rôles sociaux (stéréotypes) (17) véhiculés, par les médias et les réseaux sociaux doit être valorisé ».

« L’éducation à la sexualité » doit « s’attacher à améliorer le niveau de connaissances des individus mais également à faire évoluer les attitudes, les comportements et les compétences. Les contenus doivent porter en priorité sur la promotion de l’égalité entre hommes et femmes, le respect de soi et d’autrui, la lutte contre les préjugés et les discriminations envers les lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTI) », « Agir contre la désinformation en santé sexuelle et les représentations normatives concernant le genre, l’orientation sexuelle et la sexualité, véhiculées dans les médias et les réseaux sociaux ».

Le site « onsexprime.fr » y est recommandé : « le site onsexprime.fr à destination des jeunes développé par l’Agence Nationale de Santé Publique (ANSP) met à disposition des contenus interactifs et pédagogiques, ainsi que des outils d’aide à la gestion de sa santé sexuelle (p. 16 et 17) ». Or, son contenu que nous vous invitons à aller voir, pose de nombreuses questions. On peut y trouver pour des collégiens à partir de la 5ème (donc à partir de 12 ans), des descriptions détaillées des 6 positions de pénétration vaginale, les 7 positions de pénétration anale et les 3 positions de sexe oral . Quel est l’intérêt de fournir de tels détails pour un enfant de 12 ans ou plus et de couper ainsi la sexualité de l’affectif auquel elle est intimement liée ? Quel est l’intérêt de demander à un enfant de 12 ans et plus de s’exhiber en racontant sa « première fois » sur ce site sous tutelle du ministère ? Et l’intérêt pour les autres de lire les détails de la « première fois » d’autres adolescents mineurs sexuels ?

En fonction des questionnements des jeunes, ce site oriente vers deux associations, le fil santé jeune composés de médecins et de psychologues, ou la ligne Azur qui est une association de conseil et de lutte contre l’homophobie et la prévention du suicide s’adressant aux personnes LGBT composés de « professionnel-le-s formé-e-s au counseling (démarche centrée sur la personne ». Ces orientations certes nécessaires pour certains cas ont cependant quelques limites qui peuvent interroger. Pourquoi privilégier des associations relais vers lesquelles le jeune est renvoyé plutôt que d’essayer de lui faire prendre contact avec un professionnel de santé, du social ou éducatif de son établissement ? N’est- il pas préférable, quand c’est possible, de favoriser un lien, une relation de confiance avec un professionnel non virtuel de l’environnement proche du jeune ? Ceci permettrait, en outre, une évaluation au plus près de la réalité des souffrances exprimées par ce jeune et de proposer une prise en charge des mieux adaptées notamment en ce qui concerne la prévention du suicide.

De quoi parle-t-on en définitive, de santé ou de lobbies sur les questions de genre ? N’existe-t-il pas en France une autorité parentale en matière de soin et d’éducation sur les mineurs ? Pourquoi n’est–elle pas respectée ici, alors qu’on est censé parler de « santé sexuelle » avec des préconisations dans le domaine de la prévention sur la santé ? Au regard de l’autorité parentale, ces informations sur la santé sexuelle, cette « éducation à la sexualité » relèvent-elles du domaine éducatif ou du domaine de la santé ? C’est le ministère de la santé qui les préconise ; donc elles s’intègrent bien dans un programme ministériel de santé, mais sont effectuées au sein de l’Education nationale par des associations qui ne sont pas qualifiées dans le domaine de la santé.
Tout cela relève pour le moins d’une grande confusion dans les rôles et les places de chacun. Impliquant des données relatives à la santé, ces actions devraient impérativement être réalisées par des professionnels de santé formés et habilités à traiter de ces questions avec des enfants et dans le respect absolu de l’acceptation des parents (autorité parentale).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s