Conseils généraux (suite)

Juin 2017

Il n’est pas normal que, comme l’indiquent de nombreux témoignages reçus, de telles actions, réalisées en milieu scolaire par des intervenants extérieurs, aient lieu sans que les parents en soient informés. Ceci est contraire à la circulaire 2003-027 du 17 février 2003, qui indique que « l’éducation à la sexualité doit trouver sa place sans heurter les familles ou froisser les convictions de chacun ». De même, la circulaire du 28 janvier 2016 précise que « le parcours éducatif de santé (incluant la santé sexuelle) est communiqué aux familles dont la coopération et l’implication constituent une priorité dans la perspective d’une coéducation ».

Nous conseillons aux parents de se rapprocher de leurs représentants délégués de parents d’élèves (avant les élections) de manière à savoir le positionnement de leur fédération sur ce sujet, et de s’enquérir de vérifier si les programmes et les intervenants ont bien été approuvés en conseil des maîtres et dans les CESC. Cela peut être l’occasion pour les parents de leur faire part de leurs propres inquiétudes et limites concernant l’éducation à la sexualité dans le milieu scolaire de leurs enfants. Mais les parents doivent savoir que jusqu’à présent, à notre connaissance, les fédérations de parents n’ont manifesté aucune opposition à cette « éducation.

Il peut être important de ne pas être seul(e) à signifier votre opposition. Seul(e), il peut être  plus difficile de supporter des pressions. De plus, certains parents craignent, peut-être à tort, des représailles sur leur enfant scolarisé dans l’établissement. Essayez donc de vous unir avec d’autres parents. Pour cela, vous pouvez utiliser le support papier de type « flyer » ( cliquer ici pour le télécharger ) qui informe sur notre site  et le donner aux autres parents en y inscrivant le moyen de vous contacter, et le donner aussi aux enseignants que vous rencontrerez. Certains parents ne vous croiront pas, comme ils refusent de nous croire…jusqu’à ce que ça arrive à leur enfant. Mais dès que vous serez 2 et si possible 3 familles, vous aurez plus de force pour être entendus, et pour signer en commun certains courriers.

Le 4 Octobre  2017 la pétition a reçu plus de 18 000 signatures, les parents qui s’opposent ne sont donc pas seuls!

La situation devient de plus en plus tendue, des parents envisagent des modes de résistance avec leurs enfants s’ils venaient à avoir des cours d’éducation à la sexualité. Certains imaginent des actions telles que dire à leur enfant de sortir du cours d’éducation à la sexualité, feindre bruyamment une maladie pour aller à l’infirmerie ou  faire jeter par leur enfant des boules puantes. Des élèves eux-mêmes ont imaginé pour protester qu’ils actionneraient les systèmes d’alarme ou les extincteurs. Toutes ces actions envisagées dénotent le climat inquiétant que soulèvent ces enseignements, qui s’ils continuaient à avoir lieu risqueraient d’amener à une montée de violence.

Télécharger le flyer d’information 2018

 

Publicités