Notre Action

Nous professionnels de l’enfance et / ou du psychotraumatisme, pédopsychiatres, psychiatres, psychologues, médecins, pédiatres, psychanalystes d’enfants, psychothérapeutes, éducateurs, travailleurs sociaux, infirmières…

Fichiers

Nous réfutons

Nous réfutons formellement le postulat selon lequel les enfants ont une sexualité à laquelle ils doivent être éveillés physiquement ou psychiquement au travers d’une éducation quelconque effectuée par des adultes.

Crayon

Nous déclarons

Nous déclarons être fermement opposés à ces enseignements d’« éducation à la sexualité » auprès des mineurs de moins de 15 ans dont il est prévu le déploiement sur toute la France en 2017 au travers de formation intensives de personnel au contact des enfants et qui ont déjà commencé.

CrayonRegle

Nous dénonçons

Nous dénonçons ce changement de paradigme que nous jugeons gravissime, car les adultes n’ont pas à « éduquer » les enfants et tous les mineurs sexuels (âgés de moins de 15 ans) à la « sexualité » et au « plaisir sexuel ». Cette attitude intrusive ne prend pas en compte la notion d’immaturité sexuelle de l’enfant, qui inscrit une différence de nature entre le statut de mineur sexuel et celui de majeur sexuel.

7 propositions

Courrier
1. Arrêter toute « éducation à la sexualité » en classe maternelle et primaire.
2. Arrêter totalement de parler de la théorie du genre.
3. À partir de 14 ans, limiter l’information sur la sexualité à la prévention des risques, sur la base de données scientifiques.
4. Créer au niveau national et régional des comités (ou « conseils ») de régulation (ou de vigilance).
5. Retirer les termes « droits sexuels », « éducation sexuelle », « éducation à la sexualité », les références directes et indirectes aux textes « Déclaration des droits sexuels » et « Standards pour l’éducation sexuelle en Europe », ainsi qu’à leur contenu, de tous les supports ministériels français.
6. Informer loyalement les parents des programmes proposés

7. Créer un programme précis établi de façon nationale en accord avec des pédopsychiatres et des psychologues spécialisés dans l’enfance et le traumatisme afin de préserver la santé psychique des enfants et éviter les dérives présentes dans certaines écoles.

COMMUNIQUE DE PRESSE

voir le communiqué de presse

Publicités