Une maman et une citoyenne qui s’indigne

Bonjour,

Je souhaite vous apporter mon témoignage.

J’habite un petit village en XXX. J’ai un fils de 10 ans qui est en cm2. J’ai reçu par le biais du carnet de liaison de mon fils un courrier qui mentionnait que l’infirmière viendrait mercredi matin et qu’il fallait que mon fils rapporte son carnet de santé et qu’il serait vu seul. Pourtant informée par le biais de nombreux sites contre l’éducation à la sexualité, j’ai laissé mon fils se rendre à l’école ce jour là, mais j’étais sceptique.

Le soir venu, mon fils me rapporte que l’infirmière a pris les enfants par petit groupe et qu’elle leur a fait un cour d’éducation sexuelle. Mon fils de 10 ans me raconte que l’infirmière leur a expliqué les relations sexuelles entre un homme et une femme, que l’homme devait être en érection pour pouvoir pénétrer sa partenaire. Ce qui m’a le plus choqué c’est qu’un de ses camarades a dit je cite « c’est comme la masturbation » et l’infirmière qui répond « eh bien en parlant de masturbation est-ce que vous savez ce que c’est ». Mon fils n’a pas voulu trop en raconter car il m’a dit qu’il souhaitait juste oublier ce qu’il avait entendu et que ses camarades filles qui étaient ressorties du cours étaient toutes rouge.

J’ai pris rendez-vous avec le directeur, il devait y avoir normalement l’infirmière lors de ce rendez-vous mais elle n’est jamais venue. Je raconte donc en ayant pris soin d’imprimer « Les standards pour l’éducation sexuelle en Europe » ma façon de penser. Il me raconte que ces cours sont obligatoires et qu’ils n’ont pas le choix et qu’il est nécessaire de faire de la prévention aux enfants parce qu’avec ce qu’ils voient sur internet, il est nécessaire de les informer. Je lui réponds que ce n’est nullement de la prévention qu’un adulte parle de sexualité à un enfant et encore moins de masturbation. Apparemment l’infirmière a nié le fait d’avoir parlé de cela. Je lui ai dit que mon fils m’a raconté cela spontanément et qu’en aucun cas il l’aurait inventé (l’infirmière n’assumait surement pas ce qu’elle avait dit). Je lui ai dis qu’il n’est pas normal qu’un adulte s’immisce dans l’intimité d’un enfant et qu’il est dangereux de donner ce pouvoir à des soi-disant professionnels. On peut en tant que parents ce poser des questions sur les façons d’aborder le sujet de la sexualité entre un adulte et un enfant sachant les abus qu’il pourrait y avoir. je lui est montré mon désaccord et lui ai dit que c’était aux parents de décider sur l’éducation de notre enfant et que la lettre pour le rv avec l’infirmière n’était pas bien informé. Le directeur a regardé le pavé des droits sexuels et m’a dit que ce n’était en aucun cas un support pour leur travail… et qu’il avait bien entendu mon mécontentement, et qu’il avaient reçu d’autres parents des avis plutôt positifs, mais qu’à l’avenir il informerait mieux du contenu de la visite de l’infirmière pour les prochaines fois.

Mon mari et moi sommes contre ses cours. Nous sommes outrés de voir ce que l’on montre sur le site « on sexprime », je l’ai montré à ma fille de 16 ans et même elle était très gênée et écœurée de ce qu’elle a vu. J’en parle autour de moi mais il n’y a pas beaucoup de réactions, je souhaite que plus de professionnels se mobilisent contre ce scandale qui touche nos enfants et les futures générations.

Publicités